Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Homo Vampiris

Publié le par La Gobeline

Des histoires sur les vampires on en entends depuis la nuit des temps, si on en croit l'Encyclopédie des Mondes qui n'existent pas, celles-ci se racontaient déjà dans l'Ancienne Égypte.

De nos jours on trouve les vampires à toutes les sauces, du sanguinaire Comte Dracula au scintillant Edward de Twilight, que ce soit au cinéma, dans la littérature ou les jeux vidéos.

On pourrait alors penser qu'on en a fait le tour et que le sujet est épuisé, mais Fabien Clavel nous propose ici avec Homo Vampiris une histoire originale et moderne.

L'intrigue se déroule dans un futur proche et l'histoire nous fait voyager à travers le monde et les époques en compagnie de personnages torturées.

On apprend à connaître les principaux protagonistes tout au long de celle-ci, chacun ayant une vision personnelle du monde et de sa condition, qui s'explique petit à petit lorsqu'on en apprend plus sur eux et leurs passés, c'est ce qui les rends vraisemblables à mes yeux.

En plus de présenter des personnages profonds, l'auteur s'appuie sur des faits historiques qui donnent de la crédibilité au roman.

A la fin de ma lecture, je me suis dit : Et pourquoi pas ?

Ce qui fait l'originalité d'Homo Vampiris c'est aussi le mélange des genres, le thème est bien sûr Fantastique puisqu'il s'agit de vampires, le fait que l'histoire se déroule dans le futur amène une ambiance de Science-Fiction en plus et l'auteur utilise également les codes du Thriller.

Je déconseille ce livre au plus jeune, ainsi qu'au plus chaste, d'entre vous, Fabien Clavel ne mâche pas ses mots et un chat est appelé un chat, il comporte son lot de scènes de fesses très explicites ainsi qu'un certain nombre de passages violents et sanglants.

Si pour vous un vampire est un jeune homme qui brille au soleil, Homo Vampiris risque de vous bousculer un peu, personnellement je l'ai relu plusieurs fois et j'ai envie de découvrir d'autres choses du même auteur.

Extrait :

« Je crois que je suis Lilith La lune et le vent m'accompagne Mes cheveux sont la nuit

Je suis la mère et la louve, le diable boiteux, la gueule qui mord et qui vomit le monde Dans mon ventre croissent les maladie fatales Les serpents me font cortège »

Voir les commentaires

Ulysse (web serie)

Publié le par La Gobeline

Ulysse (web serie)

Ulysse, un prénom qui a déjà, et qui continue à, inspirer beaucoup.

Le Ulysse dont je vais vous parler est le héros d'une web série que j'ai découverte il y a un an. Et c'est pour parler de ce type de projet que j'ai créée ce blog.

Je trouve cette série vraiment géniale, elle a un gros potentiel et c'est dommage qu'elle soit si peu connue.

La premier épisode débute sur des article de journaux, nous indiquant qu'une troisième guerre mondiale a éclatée et que beaucoup de mystères tournent autour de celle-ci :

"6 ans jour pour jour, les combats cessent comme ils ont débuté. Sans raison ..."

Le 23 Juin 2038, 14 ans après la guerre, à l'orphelinat de Versailles Elena reçoit un colis envoyé 17 ans plus tôt qui contient un bout de papier sur lequel est inscrit : "Toujours en mouvement est l'avenir", un article provenant du journal La Gazette de Versailles et un carnet qui raconte l'histoire d'Ulysse. Le début de ce récit nous renvoie en 2012, le 28 Mars.

"Je m’appelle Ulysse et je suis spécial. Tellement spécial que pendant un temps, j'ai cru être quelqu'un d'important. Je pensait être, un héros.

A l'époque, j'étais con ..."

Au début, j'ai eu du mal à tout comprendre, mais je pense que c'est voulu, cette série est comme un puzzle qu'on assemble au fil des épisodes. On se retrouve avec pleins d'éléments qui n'ont, à nos yeux, aucun lien mais qui petit à petit s'accordent entre eux et construisent une histoire réellement prenante. A chaque fois qu'on croit à une incohérence, celle-ci prend du sens quelques épisodes plus tard pour nous montrer finalement que rien n'est laissé au hasard. Si comme moi vous regardez la série plusieurs fois, vous vous amuserez de remarquer que les réalisateurs ont semé des indices sur la suite dès les premières minutes du premier épisode. 

J'ai beaucoup apprécié les nombreux clins d'oeil à des films et des séries cultes disséminés un peu partout, les plus observateurs d'entre vous en découvriront certainement bien plus que moi. 

Pour une série faîtes avec les moyens du bord, je tire mon chapeau ! Des effets spéciaux réussis au vu du budget, un scénario original et passionant, un bon jeu d'acteur et des images de qualité.

Les quelques défauts présents au début ne vont qu'en s'améliorant au cours des épisodes. 

En bref c'est une très bonne série, des personnages profonds et attachants, de l'humour et même quelques super-pouvoirs.

Personnellement j'ai vraiment hate de voir la suite !

Ulysse (web serie)

Voir les commentaires

Ewilan : mon premier amour littéraire

Publié le par La Gobeline

Allez zou ! Je me lance !

Pour ce tout premier article quoi de plus normal que de parler de la saga littéraire qui m'a fait sombrée dans la dépendance à la lecture.

J'ai nommé : les deux trilogies d'Ewilan. Écrites par le fabuleux écrivain Pierre Bottero.

J'avais bien sûr lu d'autres livres que j'avais aimés auparavant, comme les Harry Potter. Mais les Ewilan c'est un peu comme le grand amour, quand on les rencontre on se demande comment on a fait pour vivre sans jusque-là.

Je me souviens quand ma mère m'a offert le tome 1 (D'un monde à l'autre) la première chose que je me suis dite était "la couverture est moche" (Mes excuses à l'illustrateur Jean-Louis Thouard que j'ai depuis découvert et qui a réalisé des travaux bien plus à mon goût !)

Alors oui, je n'aime pas l'illustration mais il y a quand même un gros monstre dessus ! Et moi j'aime les gros montres ! Et puis : on ne juge pas un livre à sa couverture !

J'ai donc commencé la lecture du premier tome de la Quête d'Ewilan et sans mentir je l'ai lu d'une seule traite ! Je ne suis pas sortie de ma chambre avant d'avoir fini.

Je parlais un peu plus haut de dépendance et c'est le cas de le dire, je vivais totalement dans le monde de cette saga, la pré-ado pleine d'imagination et en recherche de soi que j'étais ne jurait plus que par Ewilan (surtout le personnage de Siam, en ce qui me concerne)

Ewilan : mon premier amour littéraire

Bon c'est bien beau que de crier mon amour mais si je vous parlais un peu de ce qu'il y a à l’intérieur des livres ?

Camille est une jeune fille française de quatre mille neuf cents jours avec une intelligence hors du commun, qui se retrouve propulsée sans réellement savoir comment dans un monde qu'elle ne connait pas : Gwendalavir !

Page après page, on suit la quête menée par des personnages au caractère bien défini, on apprend à les connaitre, on s'y attache très rapidement et on voyage avec eux à travers un monde aux paysages et à la faune variés : de la forêt luxuriante aux montagnes glacées en passant par des plaines verdoyantes et des plateaux rocheux, on y rencontre des humains, des goules, des Raïs, des Ts'liches et beaucoup d'autres créatures, parfois inoffensives mais bien souvent mortelles, nous entraînant d'escarmouches en grandes batailles.

Du pain d'herbe, du pâté de termites, des siffleurs galopant à coté du lac Chen, un petit arrêt à l'Auberge du Monde pour gouter la cuisine de Oùl et écouter les histoires d'Aoro avant de repartir admirer l'Arche et visiter Al-Jeit.

Tout ça plongé dans l'imagination.

Ewilan : mon premier amour littéraire

Alors oui très bien ! Des combats, des monstres, une compagnie d'aventuriers, cela devrait suffire au fan de littérature fantastique et d'héroïc fantasy.

Mais à qui est-ce adressé ?

A la base, je pense que Pierre Bottero écrivait pour ado, voir plutôt pré-ado, mais honnêtement ma mère l'avait adoré et je les relis encore régulièrement, j'adore toujours autant et j'ai toujours la même émotion en tournant les pages.

Je pense que si vous avez envie d'offrir un livre à un jeune, c'est difficile de taper à côté avec celui-ci. Si cette personne est déjà amateur de lecture c'est une source sure. Et si il s'agit d'un ado ayant tendance à fuir les livres, il est bien probable qu'il change d'avis.

Je ne dis pas ça parce que j'en suis moi même très fan, mais plutôt parce que c'est facile à lire et on rentre très vite dans l'histoire. C'est écrit en gros caractères (pour ce qui est de mon édition en tout cas) et les chapitres sont très courts, ce qui effraie moins les farouches de la lecture.

A partir de 8 ans et jusqu'à 1589 ans, l'histoire plaira tout autant aux mâles qu'aux femelles, que vous soyez un humain ou une autre créature.

Et si, comme moi, en arrivant à la fin, vous en voulez encore, pas de panique ! Pierre Bottero, avant son tragique accident, a écrit la trilogie des Ellana qui se passe en parallèle et complète l'histoire des Ewilan.

Ewilan : mon premier amour littéraire

Voir les commentaires

Complots

Publié le par La Gobeline

Alors non, cet article ne parlera ni des reptiliens, ni des illuminatis.

C'est un complot bien plus grave qui se prépare ! La ville est corrompue et soumise à tous les vices, le pouvoir est vacant et vous allez devoir vous en emparer. Pour cela deux personnages influents vont vous aider à faire assassiner vos opposants. Vols, soudoiements, bluffs, tout est permis pour régner en maître sur la ville.

Ce qui m'a attiré en premier dans ce jeu ce sont les illustrations, le dessin du jeu est vraiment top et la trombine de chaque personnage est épique. Donc un grand bravo a Naïade l’illustrateur.

Bon, vous me direz que c'est pas parce que c'est beau que le jeu est bien, oui mais ça aide quand même à se mettre dans l'ambiance.

Ensuite le prix, 12€50 dans notre magasin de jeux habituel, merci aux vendeurs pour leur précieux conseils à chaque visite, ça fait moins de deux paquets de clopes en 2016, ça vaut quand même le coup.

Puis également le côté pratique :

  • Tout d'abord à transporter, la boîte est petite donc pour les vacances chez mémé (où le seul jeu qu'il y a ce sont des cartes jaunies à qui ils manquent l'as de pique) ou pour s'occuper dans le train, il suffit de le glisser dans son sac et roule ! Il y a même un sachet fourni pour ranger les pièces !
  • On a besoin de deux comploteurs minimum pour faire une partie, jusqu'à huit maximum, on peut donc se mentir en famille, en couple ou entre amis.

  • Les parties sont rapides, le jeu précise quinze minutes sur la boite mais si on ne joue qu'à deux la manche se finit rapidement, libre à vous de faire une petite partie vite fait ou d'enchaîner celles-ci. Si néanmoins vous trouvez la version classique trop rapide et que vous voulez faire durer le plaisir, il existe cette variante (2-4 comploteurs), un poil plus complexe à mettre en place mais qui permet de mentir, contrer et faire assassiner bien plus efficacement !

  • Le petit plus intelligent, c'est la carte récapitulative en plusieurs exemplaires qui rappelle le déroulement du tour et les caractéristiques des personnages. Pas besoin de relire la règle toutes les deux minutes, Dieu sait qu'on a besoin de concentration pour prendre le pouvoir.

Mensonges, Trahisons et Meurtres commandités, les trois maîtres mots de ce jeu. Et si comme moi vous ne savez pas mentir, le contrôle de la ville reste possible en démasquant les bluffeurs et en contrant leurs alliés avec les vôtres, ceux-ci se suicideront sans votre intervention et vous n'aurez même pas à vous salir les mains.

Une fois le jeu de base épuisé, sachez qu'une extension qui permet de jouer en équipe est disponible (intéressant à partir de 6 joueurs) pour la modique somme de 5€50, et que Complots 2, qui fera office de suite et d'extension, sortira très prochainement.

Bon jeu à vous !

Complots

Voir les commentaires

Le garçon invisible

Publié le par La Gobeline

Hier soir on a regardé ce film par hasard et je pense vraiment qu'il mérite qu'on parle un peu plus de lui.

Il s’agit d'un film italien qui parle de super-pouvoirs, effacez moi ces sourires moqueurs, il n'y a pas que les américains qui ont le droit de traiter les sujets de super héros, et de le faire bien !

L'histoire est toute simple :

Micky, un jeune garçon victime de harcèlement à l'école, aimerait parfois qu'on le remarque un peu plus, tandis que d'autre fois il voudrait pouvoir disparaitre, ce dernier vœu finit par se réaliser.

Ce que j'ai aimé, c'est le fait que ce soit un film à taille humaine et plutôt réaliste, lorsque Micky découvre son pouvoir d'invisibilité il ne s'en sert pas pour sauver le monde, mais il fait ce que la plupart des jeunes de son âge aurait fait dans le même cas.

Gabriele Salvatore, le réalisateur, met en avant le passage à l'adolescence : le changement, la solitude, le mal-être, où l'on peut finir par ne plus se reconnaître et ne plus savoir qui on est. Il laisse à la fin la porte ouverte à une suite que je regarderais avec grand plaisir si elle arrive un jour.

Pour ce qui est du jeu d'acteur, il a été critiqué par certains mais je ne suis pas de cet avis, je trouve que Ludovico Girardello (qui interprète Micky) est à l'aise pour ce premier rôle et je l'ai trouvé tout a fait crédible.

Ce film a tout de même été apprécié par la majorité des spectateurs et les mauvaises critiques viennent principalement de personnes habituées aux super-productions Marvel et DC Comics, desquels Le Garçon Invisible est éloigné en bien des points, et c'est ce qui fait son charme.

Si vous aimez les films de super-héros et que vous voulez voir quelque chose de différent, je vous conseille celui-ci !

Le garçon invisible

Voir les commentaires